14 octobre, 2006

La symbolique du pied

On retrouve "le pied " dans le Bouddhisme , tradition indienne puis dans les traditions chinoises avec en constante le pied attaché à la terre dans l'axe vertical de l'" homme véritable": les pieds établissent le contact de la manifestation corporelle avec la terre dans la relation terre /ciel

Pieds ailés des grecs (Hermès) et des anges de la tradition chrétienne :"Les pieds des anges , écrit le Pseudo Denys l'Aeropagite, sont l'image de leur vive agilité , et de cet impétueux mouvement qui les emportent vers les choses divines.

Les pieds bandés des femmes chinoises ou le pied selon Freud connotation sexuelle .Enfin : : le pied serait aussi un symbole de la force de l'âme, en ce qu'il est le support de la station debout, caractéristique de l'homme. Le pied vulnérable (Achille) , le boiteux (Héphaïstos) , toute déformation du pied révèlent une faiblesse de l'âme.


La symbolique du service

Le modèle chrétien du serviteur est éclairé par le geste symbolique du lavement des pieds fait par Jésus. Essayons donc de voir ce que le symbolisme du pied va nous révéler.
En contact direct avec le sol, le pied nous rappelle à la dure réalité des lois objectives de la vie par opposition aux illusions idéologiques subjectives de ceux qui "n'ont pas les pieds sur terre". Le geste de Jésus révèle donc que le serviteur doit être rempli d'humilité et qu'il doit servir tout l'homme dans sa dimension concrète et quotidienne. Les pieds symbolisent tout ce qui maintient l'homme debout, la stabilité puisque nous reposons sur eux (Ap 1,15).
Le pied symbolisme autant notre "marche vers" (partir du bon pied), notre dynamique, ce qui permet d'avancer, la base de l'humanité, notre avancement mais aussi les "faux pas" de nos vies.
Le pied est aussi la marque de notre empreinte, de notre passage...
Dans les mythologies, le pied possède surtout un symbolisme phallique. D'où le fétichisme de la chaussure qui, dès lors, prend un sens sexuel féminin: "trouver chaussure à son pied", c'est trouver une épouse.

Le pied est aussi la partie du corps vulnérable (p.ex. le Talon d'Achille).
Laver les pieds des autres est un geste d'humilité, de pardon (puisqu'on lave les pieds de l'autre !). C'est un service permanent car on "est toujours sur ses pieds", c'est un service de chaque instant, de chaque pas. C'est un service de discernement car il ne s'agit pas de mettre ses pieds n'importe où ("mettre les pieds dans le plat") il faut avoir le pied sûr lorsque la pente est dangereuse (en montagne, p.ex. dans la difficulté). Le service chrétien n'est donc pas un anglélisme mais une réalité concrète. La position "debout" est la position symbolique de la gloire ("La gloire de Dieu est l'homme debout") de la résurrection ("se relever d'entre les morts").

Servir l'autre, c'est l'aider à se mettre debout lorsqu'il a chuté, c'est lui donner une stabilité si ses pieds faiblissent, c'est l'aider à avancer, c'est discerner les chemins du Seigneur pour ne pas faire de faux pas. C'est porter l'autre lorsqu'il ne peut plus marcher. En un mot, c'est donner sa vie pour l'autre en renonçant à soi et cela est possible lorsque le service se vit dans l'amour. C'est la dimension phallique du pied



Chaussures, sexe et talons aiguille……(Tango)

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le pied sans oser le demander.
Soyons freudiens: le pied est le symbole du phallus et la chaussure est celui du sexe féminin. Si on est d'accord avec cette hypothèse d'analyste, on peut ensuite imaginer tous les rapports qui s'en suivent et comprendre pourquoi pieds et chaussures sont objets de désir et de vénération dans toutes les civilisations depuis le fond des âges. Pourquoi leur rôle majeur dans la séduction et la sexualité, pourquoi on baise le pied des papes et des rois, pourquoi on a réduit en mini pied de lotus ceux des petites chinoises, pourquoi la grande mode et le chiffre d'affaire astronomique de l'industrie de la chaussure, pourquoi le conte de Cendrillon, pourquoi les fétichistes du pied, pourquoi on dit "avoir les pieds sur terre" "faire du pied" "prendre son pied", pourquoi le talon aiguille, et pourquoi, pourquoi les tangueras dansent avec de drôles de chaussures qui leur font mal aux pieds mais que leurs petites filles (et parfois leurs petits garçons) adorent porter.
Devant toutes ces questions, tango-argentin.net, toujours à la pointe de l'investigation, n'a pas tourné les talons et vous dit tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur cet organe et ses attributs, les chaussures et les bas, sans oser le demander.



L'Oreille interne

C'est sur le pied, composé de 26 os, 50 ligaments, 19 muscles et un bon millier de nerfs et vaisseaux sanguins, que repose tout le corps humain depuis que nos ancêtres préhistoriques se mirent à marcher sur deux pattes. Une fois cette position acquise pour couvrir les km de la vie, les mêmes se jetèrent debout dans des transes et orgies communautaires sauvages en tapant du pied au sol. La danse était née. Aujourd'hui, les individus évolués et raffinés que nous sommes tous dansent encore, peut-être de façon moins simiesque, mais toujours avec la même impulsion primitive et, oui, encore aussi avec les pieds. Du moins on essaie, car au début on ne sait pas très bien sur quel pied danser et on va donc prendre des cours de tango. Là, les profs nous donnent des exercices qui consistent dans un premier temps à explorer l'espace tactile de nos plantes de pieds et à tester notre équilibre corporel à partir de chaque zone: orteils, voûte plantaire ou talons avant de transférer le poids du corps d'un pied à l'autre, droite/gauche, avant/arrière.

Beaucoup d'entre nous, jeunes ou âgés, qui ne goûtent que rarement le plaisir de marcher pieds nus, ne prennent véritablement conscience de leur pied comme facteur de stabilité au sol et de flexibilité dans la marche, comme capteur sensoriel et comme siège majeur de mouvements qu'à ce moment là, lorsque vient la révélation que procurent ces simples exercices de base qui sont pourtant à la portée de chacun depuis le premier âge. Certains profs poussent les exercices plus loin en mettant vraiment l'accent sur la recherche du contact entre le pied, le sol, le corps et l'équilibre. Comme dans la reflexologie plantaire, l'acupuncture ou la plupart des thérapies psycho-corporelles, on y travaille longuement le ressenti et la relation organique et énergétique entre toutes les zones nervo-sensibles du pied qui nous rattachent d'un côté à la terre, notre royaume commun spatio-temporel, et de l'autre à toutes les autres régions et organes de notre corps intime, eux-mêmes en relation avec les mécanismes intellectuels et psychologiques qui vont interagir pour produire les pensées, les émotions, voire les sentiments (ceux-ci semblant découler des émotions) et par conséquent, pour ce qui nous concerne ici, les mouvements du tango. Chaque micro-mouvement conscient ou inconscient et chaque activation des muscles du pied - adducteurs, fléchisseurs, extenseurs - est ainsi généré par l'influx nerveux qui circule en permanence du pied au cerveau et du cerveau au pied. Ce sont les organes les plus distants de notre anatomie - le pied et le cerveau - qui communiquent ainsi le plus entre eux dans un flux permanent qui traverse l'oreille interne (liée aux fonctions de positionnement dans l'espace), la colonne vertébrale, les méridiens et tout le réseau facia-nerveux de notre corps. Même la perception de la musique et le regard seront en partie déterminés par la façon de poser au sol le talon ou la petite "roue solaire" de la plante des pieds qui nous permet de pivoter. Ne nous attardons pas sur ce qui est transmis au partenaire de danse, car bien évidemment les milliers de messages en clair ou cryptés jaillissant ainsi de la source du pied à chaque mouvement lui sont parfaitement perceptibles s'il sait les capter. La maîtrise de ce flux de messages constituera d'ailleurs une bonne partie de la qualité du guidage de l'homme puisque tant les transferts de poids et les impulsions que les mouvements associés-dissociés du torse dépendent en grande partie de l'ancrage et des appuis dynamiques des pieds au sol. Tous les grands danseurs savent développer et affiner dans une sorte d'intelligence instinctive cette relation organique entre sol, corps et esprit. Comme les chats qui retombent toujours sur leurs pattes par réflexe, ils savent exploiter au mieux le canal de communication entre le cerveau et l'ensemble des ressources tactiles hypersensibles de leurs pieds. Anatomiquement, la force et la souplesse du pied préexistent naturellement chez chacun de nous mais ce qui va distinguer un bon d'un mauvais danseur, ce qui lui donnera ancrage au sol, stabilité, équilibre, légèreté "terrienne", tonicité, élasticité, précision dans l'impulsion, puissance de l'élévation, lié des enchaînements, amortissement du posé, mesure et style du toucher au sol (la fameuse "pisada"), relève de la capacité de communication entre le système nervo-sensoriel de ses pieds et son appareil psychique. C'est cette communication psychosomatique interne qui forme une sorte de sixième sens naturel aux danseurs.

Sur un autre plan, plus existentiel, le pied représente et potentialise le corps entier. Premier à germer dans l'utérus de la mère, il contiendrait tout notre potentiel d'accomplissement. C'est par lui que les instincts du corps refoulé se défoulent: danse, gestes incontrôlés d'énervement, d'angoisse, etc. C'est en lui que prennent naissance les énergies fondamentales, comme dans les racines d'un arbre, et que circule le flux vital qui relie l'homme à la terre mère. Dans toutes les mythologies, il est symbole à la fois de germe, de fertilité et d'union érotique. il est omniprésent dans les célébrations et les fêtes de mariage, non seulement avec la danse, mais en tant que symbole, comme les chaussures. C'est la source de l'élan car c'est par lui que l'être humain reste en contact avec son ontologie profonde. Une blessure au pied - symbole de fausse route sur le chemin du développement personnel - est comme une faille d'où; vont s'écouler les énergies. Les danseurs avancés prennent vite conscience de la potentialité de jeu et d'expressivité de leurs pieds et s'en servent pour la qualité relationnelle et l'esthétique de la danse qu'ils pratiquent. En matière de tango cela va à la limite de l'outrage aux moeurs. Nul besoin d'être obsédé comme l'auteur de cet article pour voir une signification sexuelle dans le jeu de pieds des pas et des figures du tango. Une grande part du dialogue dans le couple passe par ce jeu et cet échange érotique qu'ils donnent à leurs pieds, du bruit du talon au titillement de la pointe en passant par le blocage ferme, l'accrochage, la caresse sensuelle, les fioritures ou autres positions et mouvements, quelque soit le style, vers le sol ou le partenaire. Au même titre que les mots, qui permettent à une conversation de devenir la chose la plus intéressante de la vie lorsque celle-ci devient un échange complice subtilement érotique entre un homme et une femme, les mouvements expressifs des pieds peuvent se transformer en échanges humains excitants les plus chargés de sens et de plaisir. C'est le propre du tango d'autoriser ainsi à se parler et à se séduire ainsi avec les pieds devant tout le monde. Plus le dialogue est pris au sérieux, y compris avec ses lapsus, plus le jeu devient subtil et profond. Laissons aux analystes si vous voulez les hypothèses sur les symboles sexuels, mais une chose est sûre : sans dialogue des pieds dans le couple dansant il n'y a pas de tango argentin.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home